La remise en main

Tarot à 4 joueurs. Vous êtes preneur (garde) et avez l'entame à 4 cartes de la fin avec en main:

piqueC
carreauR-10-2

Votre jeu de départ était constitué d'une poignée avec 4 piques et 4 carreaux. Vous avez joué quelques tours d'atout (dieu sait pourquoi!) tandis que la défense trouvait rapidement vos absences et insistait, de sorte que vous êtes maintenant détaroté. Vous êtes même menacé de chute car votre cavalier de pique n'est pas affranchi et qu'il vous manque 9 points pour faire 41. C'est le défenseur placé juste devant vous qui vous tient à pique (il lui reste D-10).

Avez-vous une idée pour terminer en beauté ou vous préparez-vous à chuter dignement en encaissant le Rcarreau? Avant de répondre, vous pouvez prendre connaissance des informations qui étaient disponibles lorsque cette donne a été jouée:

Demenagement Constantineau

En fait, nous n'avons que 3 possibilités de jeu avec nos cartes. Examinons-les:

  1. Encaisser le roi de carreau. Ce coup est jouable pour 2 raisons: premièrement, espérer capturer la dame maintenant sèche. Mais cette éventualité est peu probable puisque les 2 joueurs derrière vous ont eu la chance de la sauver sur la première entame. Quant au défenseur devant, il est peu probable qu'il ait entamé sous une dame seconde.

    Deuxième raison: on peut avoir peur, en jouant autre chose que le roi de carreau, de ne plus jamais le faire (se le faire enfermer autrement dit). Cette catastrophe est surtout possible sur l'entame du petit carreau, puisque c'est la seule carte qui permet à n'importe qui de prendre la main (la défense pourrait laisser la main à celui qui va vous fermer avec 3 cartes dans vos absences). Encaisser le roi de carreau est donc un coup qui ne fait que limiter les dégâts. Pour atteindre 41 points, nous avons besoin de faire 2 levées avec nos cartes puisque nous ne croyons pas capturer une dame sèche avec le roi. Éliminons ce coup.

  2. Jouer le 10 ou le petit carreau. Nous avons vu qu'il était dangereux de jouer le petit carreau. Quant au 10, c'est la seule carte qui puisse faire la levée qui nous manque. L'idée de perdre ce 10 à une éventuelle (bien qu'improbable) dame sèche nous rebute profondément. Coup 100% perdant. Éliminé !

  3. Jouer le cavalier pique. Ce coup concède immédiatement 2 levées de pique au défenseur devant mais nous permet de conserver notre fourchette Roi-10 à carreau. OUEST prend notre cavalier de la dame, encaisse son 10 de pique puis joue petit carreau sur lequel nous essayons l'impasse avec le 10k… qui tient! Happy end à la dernière levée où notre roi retrouve sa dame (il faut admettre qu'elle a tout fait pour éviter ce mariage forcé). Scénario plausible? Il est temps de revoir les informations que nous possédons.

Demenagement Constantineau

Le joueur à droite n'a décidément pas la dame de carreau, puisqu'il a commencé par sauver le cavalier puis le valet. On imagine pas pourquoi il aurait passé le cavalier à la première entame à carreau avec D-C-V en main (à moins que ce ne soit un farceur ou un distrait). Pour ce qui est du joueur du centre, il a joué un petit carreau très rapidement sur la première entame. Ce n'est pas totalement fiable, mais disons qu'un joueur moyen va quand même se demander s'il doit retenir sa dame ou plonger, au risque de libérer des cartes du preneur. Ces informations nous font donc croire que le défenseur placé devant est le suspect numéro 1 pour détenir la dame de carreau. C'est pourquoi nous choisissons le coup du cavalier de pique pour lui redonner la main et le forcer à jouer sous sa dame de carreau vers la fourchette Roi-10.

De toute façon, nous sommes dans un cas classique d'hypothèse de nécessité. Nous avons imaginé la seule configuration de cartes qui nous permette de gagner le contrat et nous allons donc jouer en conséquence (wishful thinking).

Peut-être avez-vous remarqué que le défenseur a une parade partielle au coup que nous avons imaginé. Il peut en effet décider de nous laisser faire la levée du cavalier de pique afin de sauver sa dame de carreau. Telles que sont les cartes, c'est le meilleur coup qu'il puisse faire (à condition évidemment que les autre défenseurs ne chargent pas de points sur la levée), même s'il n'empêche pas le contrat de passer. La levée du cavalier de pique (4 points) + celle du roi de carreau (6 points) = 10 points. Alors qu'en prenant le cavalier de pique, il devra concéder les 2 dernières levées à carreau: la levée du 10carreau (2 points) + la levée avec R-Dcarreau (9 points) pour un total de 11 points. Il économise donc un point. En pratique toutefois, ce n'est facile pour ce défenseur de laisser faire ce cavalier. Il doit se demander pourquoi son adversaire joue de cette manière car après tout, il risque de se faire enfermer le roi de carreau.

La distribution des 4 jeux
  NORD  
  A -
Pi -
Co -
Ca 6-5-1
Tr D
 
OUEST   EST
A -
Pi D-10
Co -
Ca D-4
Tr -
  A -
Pi -
Co C-5-2
Ca 9
Tr -
  SUD  
  A -
Pi C
Co -
ca R-10-3
Tr -
 

Score selon la carte jouée:

Modifié: 06/02/2016

Demenagement Constantineau
english version